Share

Nouveautés pour les professionnels de la santé formés à l’étranger

Vous souhaitez rester au fait de l’actualité sur l’obtention du permis d’exercice, les tendances de recrutement et plus encore??


Conseil médical du Canada :

Le programme d’examen qu’il offre fera l’objet d’importantes modifications qui entreront en vigueur en 2018 et 2019. Nous recommandons aux diplômés en médecine internationaux de consulter le site Web de l’initiative sur l’évolution des évaluations du CMC pour prendre connaissance des modifications et des éventuelles conséquences pour eux.

Voici les plus importants :

  • Les modifications améliorent les quatre examens actuels du CMC et reflètent l’évolution des besoins des Canadiens en matière de soins de santé. Les examens concernés sont les suivants :
    1. l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada, partie I, qui évalue à la fois les Canadiens et les candidats étrangers aux fins d’une entrée en résidence?;
    2. l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada, partie II, qui évalue à la fois les Canadiens et les candidats étrangers afin qu’ils exercent de façon indépendante?;
    3. l’examen d’évaluation du CMC (EECMC), qui permet une première sélection des diplômés internationaux en médecine (DIM) qui souhaitent exercer au Canada?;
    4. l’examen de Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE), qui évalue les DIM aux fins d’une entrée en résidence.
  • À partir de 2019, les DIM e seront plus tenus de passer l’EECMC avant l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada, partie I ou l’examen de CNE. Cela signifie qu’ils pourront se présenter directement à l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada, partie I qui est plus difficile et dont le contenu évalue spécifiquement les connaissances et les prises de décisions cliniques liées à l’exercice de la médecine au Canada.
  • Une nouvelle norme de passage sera mise en place pour l’examen de CNE, ainsi que les examens d’aptitude du Conseil médical du Canada, parties I et II.
  • Il sera possible de se présenter plus souvent ou de repasser l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada, partie I, soit quatre ou cinq fois par an contre deux actuellement. Cet examen sera également proposé dans des centres fournisseurs partout dans le monde sur plusieurs semaines.
  • De nouveaux documents de préparation.
  • Des modifications seront apportées aux examens d’aptitude du Conseil médical du Canada, partie I et II. On mettra notamment l’accent sur la promotion de la santé, la prévention des maladies et les facteurs psychosociaux, ainsi que sur la communication avec les familles des patients, avec les autres professionnels et avec les collègues.

Université Ryerson :

Consultez le site Web de l’Université Ryerson consacré aux programmes relais à l’intention des médecins formés à l’étranger (site en anglais seulement) pour obtenir de l’information sur ces programmes si vous prévoyez opter pour une profession non réglementée dans le domaine des soins de santé en Ontario.


Le New Mennonite Life Centre :


Le consortium sur les compétences des IA :

  • Cours axés sur les compétences, destinés aux infirmières formées à l’étranger (site en anglais seulement) et conçus pour celles et ceux qui ont achevé le Programme d’évaluation des compétences des infirmières formées à l’étranger, qui présentent relativement peu de lacunes, et exclusivement dans les domaines de la pratique éthique, de l’autoréglementation, de la responsabilité professionnelle, et du service au public.
  • Cours de communication à l’intention des infirmières formées à l’étranger (site en anglais seulement) qui visent à les préparer au processus d’évaluation des compétences des infirmières formées à l’étranger afin qu’elles réussissent tous les éventuels cours de niveau universitaire subséquents qu’elles souhaiteraient suivre. Les cours d’anglais, de rédaction scolaire et professionnelle, et de culture des soins infirmiers à l’intention des infirmières au Canada aideront les infirmières formées à l’étranger à obtenir les meilleurs résultats possible dans le cadre du Programme d’évaluation des compétences pour les infirmières formées à l’étranger, et de démontrer réellement les compétences qu’elles apportent au pays en tant qu’infirmières autorisées.